AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Pendant ce temps-là, sur la planète cinéma...
ON NAGE EN PLEIN PSYCHODRAME. Le Miracle Tenet n’a pas eu lieu. En effet, s’il a enregistré de fort belles entrées pour un blockbuster intello et déroutant, le film n’a pas pu – ou pas su – sauver à lui tout seul un système au bord du gouffre. No time to die et surtout pas du Coronavirus.L...

Gazette post-covid no3
Donc on récapitule : à Avignon, à ce jour en zone rouge, on maintient toujours un fauteuil de libre de chaque côté d’une personne ou d’un groupe et le port du masque est obligatoire au cinéma même pendant les séances. À ce propos nous voudrions rassurer le monsieur de l’autre jour, récalcitrant...

« ciné-déconfiné » Ce qui a changé et ce qu’il faut respecter
• Il y a un décalage entre chaque séance pour que vous vous croisiez le moins possible.•.• Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance..• L’équipe est masquée (mais tout à fait reconnaissable).• L’heure c’est l’heure et VRAIMENT l’heure : aucun retard ne...

Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par Ulule et Lilo !
Après tant de rencontres animées dans nos salles sur l’écologie, on s’est dit qu’il était temps de passer à l’action et d’impulser une véri-table nouvelle génération de ciné-mas respectueux de l’environnement ! ... Lire Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par...

ELEPHANT MAN

David LYNCH - USA/GB 1980 2h03 VOSTF - avec Anthony Hopkins, John Hurt, Anne Bancroft, John Gielgud... Scénario de Christopher De Vore, Eric Bergren et David Lynch. Photographie somptueuse de Freddie Francis.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ELEPHANT MANLondres, 1884. Un jeune chirurgien découvre par hasard une attraction cruelle au sein d’une fête foraine lors de laquelle un homme au corps et au faciès horriblement difformes est exhibé au public. Découvrant la personnalité du « monstre », le chirurgien va s’attacher profondément à cet être incroyablement sensible, intelligent, et assoiffé d’amour.

Premier véritable succès populaire de David Lynch, Elephant Man séduit les foules par sa simplicité formelle, son noir et blanc sublime, et l’histoire touchante développée autour de ce « monstre de foire » qui souffre de sa condition inhumaine. Bref, la monstruosité se trouve dans le regard de l’autre et Lynch construit un manifeste intelligent sur la cruauté, la pitié et le voyeurisme cousu dans le tissu sensible d’une ode à la tolérance. Référence nette au Freaks de Tod Browning, Elephant Man nous plonge également dans une ambiance étrange, aux portes de l’atmosphère des films muets et aux antipodes du film hollywoodien classique. C’est le côté obscur du film, érigé par l’esprit tortueux de Lynch dans un exercice de style parfois risqué sur l’élaboration d’un univers de jeux d’ombres menaçantes et de musique stridente à souhait. Le spectateur qui a vu Eraserhead fait obligatoirement le parallèle entre les univers de ces deux films, bien plus proches qu’il n’y paraît.

Si Elephant Man s’est révélé jusqu’à Une histoire vraie le moins lynchien des films
du cinéaste, il révèle néanmoins un talent extraordinaire pour la mise en scène dramatique, la construction, et la direction d’acteurs (John Hurt et Anthony Hopkins sont à couper le souffle). Film à part dans la carrière de Lynch, Elephant Man lui permet de poser ses galons de réalisateur, de rassurer les producteurs et la majeure partie du public effrayés par l’hermétisme de son premier film. Elephant Man décroche par ailleurs huit nominations aux Oscars et un prix à Avoriaz.

Romain sur Écrannoir.fr