LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

SOUTENIR LA CULTURE AU LIBAN
Les bibliothèques publiques de Beyrouth jouent un rôle important dans la diffusion gratuite de la culture et de l’Art auprès de tous les publics, sans aucune distinction de sexe, d’origine ou de croyance. Ce sont des lieux de laïcité, d’égalité et de tolérance. Leur place est primordiale dans l...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

LE ROI CERF

Masashi ANDO - film d'animation Japon 2021 1h54 VOSTF - Pour les enfants à partir de 12 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE ROI CERFAu-delà de la quête épique et ses scènes d’action haletantes, au-delà de sa beauté et de sa puissance graphique, Le Roi cerf recèle une dimension philosophique et écologique qui résonne avec les questions de notre époque.
Ne ratez surtout pas les premières secondes du film, qui contextualisent cette intense saga ! L’action se situe dans un temps féodal imaginaire (assez proche de celui décrit dans Princesse Mononoke, on est en terrain connu). Plus précisément dans le tranquille Royaume d’Aquafa, envahi par son imposant voisin l’Empire de Zol, qui se heurte à une mystérieuse poche de résistance : « le domaine des chevaux de feu ». Deux civilisations se côtoient désormais, deux formes de croyance. L’une, se pensant supérieure, plus évoluée, ne jure que par le faste de ses constructions, surplombant et surveillant le pauvre peuple avec de déconcertants ballons dirigeables. L’autre plus rurale, à l’écoute de la nature ; les habitants du pays vaincu triment sous le joug de l’occupant. En particulier dans de terribles mines de sel, où les gardiens sévissent sans une once de compassion pour les esclaves entravés. C’est de là, de ces mines, que renaît et menace de se propager un terrible fléau de jadis. Attaqués par une meute de loups dont les morsures propagent une étrange peste, prisonniers et geôliers sont sauvagement décimés – à l’exception de Van, jadis irréductible guerrier résistant et Yuna, enfant insouciante, pas plus haute que trois pommes, plus joyeuse qu’un pépiement de merle. Les deux miraculés profitent de la confusion générale pour s’évader sans demander leur reste et, peut-être, commencer une nouvelle vie loin des persécuteurs. C’est compter sans la vigilance d’une chasseresse parmis les plus fins limiers du pays, sans l’acharnement thérapeutique de vieux prêtres dogmatiques, et sans le dévouement à son art d’un délicat médecin avant-gardiste. Car le Roi Zolite se meurt, atteint du même mal étrange que celui propagé par les loups diaboliques. S’engage une impitoyable course à la poursuite de ces deux êtres, résilients, ébouriffés et indomptables – qui détiennent, croit-on, le remède.

Mais direz-vous : où sont les cerfs et leur roi ? Ils viendront à leur heure, pour apporter à cette fable épique la nécessaire morale sur les méfaits de l’orgueil humain et du goût de la vengeance… L’homme pouvant, s’il le veut, reprendre goût à la vie, au courage, bref être autre chose qu’un loup pour l’homme.