LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

JESÚS LÓPEZ

Maximiliano SCHONFELD - Argentine 2021 1h27 VOSTF - avec Lucas Schell, Joaquin Spahn, Sofía Palomino, Alfredo Zenobi... Scénario de Selva Almada et Maximiliano Schonfeld. Grand prix du meilleur film de de fiction, Festival des cinémas latino-américains de Biarritz 2021.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JESÚS LÓPEZL’adolescence est, on le sait, une étape de recherche et une période de transition parfois chaotique. On ne sait pas encore qui on est, ni qui on voudrait devenir. On cherche alors des modèles, des pistes, parfois parmi nos proches mais curieusement aussi parmi des personnes fictives, inaccessibles ou disparues…
Abel est un adolescent timide et discret qui vit dans un village de la province d’Entre Ríos, en Argentine. C’est une région particulière où pèsent encore de tout leur poids les héritages de la dernière grande vague migratoire européenne du début du xxe siècle, et particulièrement celle des Allemands de la région de la Volga. La communauté au centre du film vit dans de petits hameaux voués à l’agriculture et à l’élevage, et conserve un mode de fonctionnement endogamique, imposant à ses membres l’obligation de choisir leur conjoint à l’intérieur du groupe. Pour Abel, c’est donc un futur sans illusion qui se dessine, au milieu de ce décor fait de petites fermes et de granges en ruine. Il est pour l’instant un jeune homme résigné, qui regarde tourner le monde sans ambition d’en faire partie, préférant passer du temps à s’occuper de sa sœur Sonia, enceinte, plutôt que de travailler à l’exploitation familiale.



Quand son cousin, Jesús López, jeune homme charismatique, beau comme un dieu et héros des courses automobiles locales, meurt soudainement dans un accident de moto, le village entier est bouleversé. Chez Abel, le décès de Jesús va déclencher quelque chose d’étrange : insensiblement, il se rapproche de la bande d’amis de Jesús, il commence à participer aux sorties en moto le week-end et aux balades du groupe aux bords de la rivière. Puis il dort chez Cacho et Irène, les parents de Jesús, qui voient en lui une forme de présence réconfortante après le choc terrible de la mort de leur fils. Quant à Azul, l’ex-petite amie de Jesús, elle va jusqu’à développer une attirance pour Abel. Ainsi, tandis que le jeune homme prend petit à petit la place de son cousin disparu, on sent que cette appropriation n’est pas seulement de son fait : elle permet aussi aux proches du défunt de maintenir en vie le souvenir de Jesús, même si cela doit passer par une autre enveloppe corporelle que la sienne.
De son côté, poussé par une nouvelle confiance intérieure dont il ignorait même l’existence, Abel commence à se sentir à l’aise dans ce rôle qui lui permet d’être enfin quelqu’un qui compte dans la communauté. Mais de jour en jour, la ressemblance avec son cousin devient de plus en plus troublante et dévorante, comme si la personnalité de l’adolescent s’effaçait petit à petit, comme si Jesús, en colère, furieux de l’injustice de sa propre mort, voulait revenir à la vie, reprendre la place qui lui a été arrachée…

Écrit en collaboration avec Selva Almada, romancière argentine considérée comme l’une des voix les plus puissantes de la littérature latino-américaine, Jesús López se dilate comme un couché de soleil, dans une sorte de rêve fantastique, donnant chair à un indicible mystère existentiel. Un naturalisme magique filmé avec beaucoup d’élégance dans cette magnifique campagne argentine propice au mystère et au sacré. Une œuvre troublante et pertinente, qui rappelle par moments le cinéma de Pasolini dans son étude des forces de la vie et de la mort.