LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du 17 décembre !
Vendredi 16 décembre en fin d’après-midi, le marché de Noël solidaire de Rosmerta ! Samedi 17 décembre en début d’après-midi, notre AG suivie d’une grosse fête !Et dimanche 18 décembre, on participe à la Journée Internationale des Migrants.... Lire Rosmerta fête ses quatre ans le weekend du ...

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

LEO (Liaison Est Ouest) : la lutte paie
Au cœur de l’été, l’état a fait paraître un arrêté retirant le projet de la LEO dans les conditions proposées, suite au recours contentieux déposé par ses opposants l’été précédent. Il reconnaît sans le dire les errements et aberrations d’un projet obsolète, vieux de 30 ans mais néanmoins bâclé, et ...

LA DERNIÈRE NUIT DE LISE BROHOLM

Écrit et réalisé par Tea LINDEBURG - Danemark 2021 1h26 VOSTF - avec Flora Ofelia Hofmann Lindahl, Ida Cæcilie Rasmussen, Palma Lindeburg Leth, Kirsten Olsesen...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA DERNIÈRE NUIT DE LISE BROHOLMAdaptée d’un court roman écrit en 1912 (En dødsnat de Marie Bregendahl, autrice danoise de littérature régionale, jusqu’ici jamais traduite en français), cette chronique s’étalant sur vingt-quatre heures est un très beau récit d’apprentissage, aussi riche que condensé, sur le passage à l’âge adulte et la condition féminine dont nos sociétés héritent. À 14 ans, la toute jeune Lise est ce qu’on appellerait aujourd’hui une adolescente mais elle est déjà, dans le Danemark agricole et luthérien du xixe siècle, considérée comme une jeune femme. À cette époque, la sortie de l’enfance coïncide avec l’entrée de plain-pied dans l’âge adulte. La tradition semble attribuer les rôles de chacun par avance et le protestantisme très strict place le chemin de tous sous le regard omniprésent – et omniscient et omnipotent – de Dieu. Grâce à sa mère, aimante et progressiste, Lise a une chance de décider de son avenir et s’apprête à partir faire des études en pension. La veille de son départ, son destin va s’accélérer en une seule nuit, la poussant à quitter définitivement l’enfance bien plus tôt qu’elle ne l’imaginait.



Dans un monde de croyances, l’emprise n’est jamais aussi grande que lorsqu’elle est invisible. La foi, bien sûr, y tient une place essentielle. Mais plus encore, c’est l’absence paradoxalement surplombante des hommes qui surprend ici. Ce sont les femmes qui assurent entièrement le quotidien de la ferme, les hommes en partent le matin et n’y reviennent que le soir. Si bien que Lise ne fait que croiser son père ce matin-là. Et c’est déjà bien assez pour qu’on ressente toute la rigueur de cette figure austère, pasteur du village, qui ne voit pas d’un bon œil que sa fille aille perdre son temps à l’école comme l’a choisi sa mère. Lise est l’aînée d’une grande fratrie, son père aurait préféré qu’elle assume son rôle, qu’elle aide sa mère au terme d’une nouvelle grossesse et qu’elle s’occupe de ses cadets. C’est ce à quoi Lise s’adonne encore une fois. Mais toute pragmatique qu’elle est, elle n’en est pas moins une fille qui rêve. Elle rêve de se construire un avenir, rêve de devenir une femme et de découvrir l’amour qui, déjà, l’effleure avec Jens Peter, un garçon orphelin de son âge que sa famille a recueilli.
Au cours de la journée, l’arrivée du nouveau-né se précise. Toutes les femmes de la ferme s’y consacrent. Lise doit s’occuper seule de tous ses frères et sœurs. Mais, le soir venu, elle peine à leur cacher l’agitation anormale qui règne dans la ferme. L’accouchement tourne mal. À la nuit tombée, les hommes sont de retour. Lise tente de suivre les événements en cachette dans les couloirs et par les entrebâillements de portes. Quel est le signe que Dieu lui envoie ? Et quelle est sa responsabilité dans les difficultés qu’éprouve sa mère ? Lise traverse cette nuit entre la peur de perdre sa mère, ses devoirs d’aînée envers sa famille et son espoir de pouvoir partir.
À mesure que la journée avance, la caméra de Tea Lindeburg délaisse le registre naturaliste pour se charger de visions déformantes. Impuissante et tenue en position de spectatrice, les perceptions de Lise se brouillent entre son observation de la réalité et les superstitions de chacun. Dans ce cadre puritain et paternaliste, la méprise est totale quant à la science et aux lois de la nature. Elle l’est autant des rêves des jeunes femmes qu’une culture toute entière charge de culpabilité pour mieux les vider de leurs profonds désirs.