LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

Mardi 24 SEPTEMBRE 2019 à 20h15

ÉCRANS URBAINS #2


Cycle de films proposé par arc en rêve centre d'architecture, en partenariat avec la revue l'Architecture d'Aujourd'hui, pour explorer les liens entre architecture et cinéma

Projection suivie d'un débat avec Christophe Catsaros, critique d'art et d'architecture.

ZOMBIE, DAWN OF THE DEAD

Écrit et réalisé par George A. ROMERO - USA 1978 1h59mn VOSTF - avec David Emge, Ken Foree, Scott H. Reininger, Gaylen ross... Musique de Goblin et Dario Argento !.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ZOMBIE, DAWN OF THE DEAD« Quand il n’y plus de place en enfer, les morts reviennent sur terre ».

Révélé en 1968 par un film d’horreur à petit budget, La Nuit des morts-vivants, qui bouleversa les règles du genre, George A. Romero (mort en juillet 2017) est l’auteur d’une œuvre très personnelle, essentielle dans l’histoire du cinéma américain moderne. Avec ses figures de zombies, déclinées dans plusieurs titres tout au long de sa carrière et devenues des silhouettes familières de la pop culture contemporaine, il a énoncé une critique politique radicale de la société américaine, de son goût pour la violence et de son aliénation.
Pièce maîtresse de la saga entamée 10 ans plus tôt avec La Nuit des morts-vivants, Zombie / Dawn of the dead (1978) constitue un sommet dans l’œuvre de George A. Romero. Société de consommation répressive, individualisme, révolte, nihilisme, aliénation, humanité menacée : toutes ces thématiques s’interpellent, entre ultra-violence quasi-jouissive et horreur psychologique, abstraite.

Dans ce quasi huis clos – tout ou presque se passe entre les murs d'un hypermarché – au rythme effréné et à la mise en scène maîtrisée, il dépeint un monde apocalyptique, critique les plaisirs capitalistes, porte un regard sans complaisance sur le devenir de la société moderne et entrevoit le zombie hagard comme cheval de Troie de ses engagements humains, philosophiques et politiques (chez Romero, le zombie n’est pas un monstre « romantique » mais une créature purement pulsionnelle).
L’action se déroule dans l’un des premiers centres commerciaux des États-Unis (plus précisément au Monrœville Mall, situé dans la banlieue de Pittsburgh) ; les personnages, bloqués dans ce gigantesque temple du consumérisme, oublient un temps l’apocalypse en cédant à toutes leurs envies, avant de semer la mort.

(d'après cinematheque.fr et cinechronicle.com)