LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Vendredi 22 NOVEMBRE 2019 à 20h15

La fin du monde ou la fin d’une civilisation ? La revanche de la Nature


SOIRÉE DE CLÔTURE DU COLLOQUE CHARBONNEAU
PROJECTION DE URTH et SLOW ACTION suivie d’une conférence / débat avec Thierry Paquot, philosophe. Prévente des places au cinéma, à partir du Mardi 12 Novembre.

Cette soirée est l’occasion d’associer les idées radicales de Bernard Charbonneau à des films critiques de la société « dé-naturalisante » et de comprendre comment l’on peut dénoncer l’absurdité d’une société prométhéenne aussi bien par l’écrit que par l’image. Sur une proposition de l’association Monoquini, nous avons choisi deux films du réalisateur Ben Rivers, Slow action et Urth, adaptés de récits de l’écrivain Mark von Schlegell. Ben Rivers, né en 1972, artiste et cinéaste britannique, joue sans cesse du documentaire et de la fiction pour produire des films hybrides dérangeants et poétiques qui questionnent écologiquement notre monde.

SLOW ACTION

Ben Rivers - video GB 2010 45mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SLOW ACTIONSlow action se présente également comme un film de science-fiction post-apocalyptique, en quatre parties distinctes. Parcourant des environnements étranges ou extraordinaires, le récit applique la notion de biogéographie insulaire (l'étude de l'évolution des espèces et des écosystèmes isolés au sein d'un milieu hostile) à la conception de la vie sur terre dans quelques centaines d'années, l'accroissement du niveau de la mer ayant créé des zones où apparaîtraient de possibles micro-sociétés imaginées par l’écrivain de science-fiction Mark von Schlegell.
De mystérieux narrateurs nous accompagnent dans divers sites autour du globe : Lanzarote, île paradisiaque connue pour ses plages et néanmoins un des lieux les plus secs de la planète, parsemée de volcans éteints et d'architectures futuristes ; Tuvalu, un des plus petits pays au monde, strié de fines bandes de terre surnageant à peine au-dessus du niveau des eaux du Pacifique, dans l’archipel polynésien ; Hashima, surnommée Gunkanjima, « l ’île cuirassée », un rocher proche des côtes de Nagasaki au Japon sur lequel repose une ville de béton désertée et décatie, qui abritait autrefois des milliers de familles de mineurs y extrayant le charbon ; et Somerset, reliquat de l’ancienne Albion engloutie, où s’est instauré, au cœur des ténèbres, un modèle tribal sur les ruines de la civilisation…

Tournés avec une caméra mécanique 16mm Bolex, traités artisanalement dans un atelier-laboratoire où le hasard des manipulations chimiques confère une qualité particulière aux images, les films de Ben Rivers se consacrent aux zones en marge de la civilisation contemporaine, aux mondes clos ou préservés, et aux individus qui parfois les habitent. Cet artiste-cinéaste londonien, en étant à la fois cameraman, monteur, laborantin, jongle avec une économie où il maîtrise en solitaire l'ensemble du processus de création, en dehors des modes conventionnels de production – et de diffusion – cinématographique.
Mêlant les influences du roman d’anticipation et les aspirations sociales, philosophiques et politiques d’auteurs tels que Henry David Thoreau ou William Morris, Ben Rivers offre une expérience poétique originale qui résonne avec les préoccupations contemporaines autour des notions d’autonomie, de résilience, de survivance, de notre rapport au monde et à la nature.

En première partie :
URTH

GB 2016 19 mn VOSTF couleur
(vidéo HD, tourné en 16mm)

Urth est le nom d’un complexe de serres abritant sur Mars des écosystèmes à une époque indéterminée. Une femme, peut-être la dernière survivante d’une catastrophe environnementale, en prend soin, commentant dans son journal de bord, méthodiquement, scientifiquement, l’évolution de ce vestige de la vie dont les images nous apparaissent déjà comme des ruines lointaines.
Si le récit évoque la fin d’un monde de science-fiction, le décor à la beauté mélancolique dans lequel Ben Rivers a tourné est bien réel : il s’agit de Biosphere 2, un projet d’écosystème artificiel tombé en désuétude en Arizona. Une utopie qui semble désigner un « futur sans avenir » dont l’humanité, coupée de son rapport à la nature terrestre, est irrémédiablement exclue.