LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

LA COMMUNION

(CORPUS CHRISTI) Jan KOMASA - Pologne 2019 1h58mn VOSTF - avec Bartosz Bielenia, Eliza Rycembel, Aleksandra Konieczna, Tomasz Zietek... Scénario de Mateusz Pacewicz.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA COMMUNIONIl y a dans le titre original de ce film polonais emballant une part d'ironie joyeuse intraduisible en français. Littéralement « Boże Ciało » signifie « la Fête-Dieu », une fête qui, si elle n’est plus tellement suivie chez nous, reste extraordinairement populaire en Pologne et donne lieu à des processions tellement colorées qu’elles prennent des allures de carnavals païens, attirant autant de spectateurs que de processionnaires. Festivités encore plus incontournables que Noël chez nous, que l’on soit pratiquant ou simple dilettante. Certains vous diront même que cette Fête-Dieu a joué un rôle fondamental dans la protection de l’identité nationale de la Pologne quand cette dernière a été démembrée au 18ème siècle par les envahisseurs russes, allemands et autrichiens. Tout un symbole, d’autant que sous l’occupation soviétique, les membres du parti au pouvoir se retrouvaient bannis s’il prenaient part à ce genre de célébration. Après trois Pater et deux Ave, on pardonnera donc aux traducteurs de ne pas avoir su restituer dans d’autres idiomes ce titre clin d’œil chargé d’allusions à l’histoire d’une nation et qui laisse présager une dénonciation sociale tout aussi cinglante que vivifiante.

Pour se retrouver enlisé au fin fond d’une impasse, il suffit parfois de quelques mauvais virages. Combien en prit Daniel et de quelle nature, pour se retrouver à vingt ans ainsi stigmatisé ? Là n’est pas l’essentiel de l’histoire qui débute dans la lumière ascétique et bleutée d’un centre de détention pour mineurs. Alors que ses compagnons de galère aux gros bras semblent incorrigibles, notre grand escogriffe, au beau regard d’un gris intense, joue les enfants de chœur au sens littéral du terme. Dès que sonne l’heure de la messe, le voilà qui s’empresse, malgré les quolibets, serviteur zélé de Dieu et du père Tomasz, buvant chacune de ses paroles jusqu’à la lie, s’imprégnant de ses moindres gestes. Un mysticisme tellement fiévreux qu’il parait presque suspect. Est-il le fruit d’une foi profonde ou une tentative de fuir la dure réalité d’un avenir bouché ? Toujours est-il que Daniel se raccrochera au rêve de devenir à son tour membre du clergé. Le voilà prêt à rentrer dans les ordres, à renoncer à Satan, à sa vie turbulente. Mais la sentence du père Tomasz sera sans appel : jamais aucun séminaire n’acceptera un élève avec un tel casier judiciaire ! Que ce soit une véritable vocation ou une piètre tentative d’échapper à sa condition, cela n’en sera pas moins un véritable couperet qui tranchera la tête de l’espoir du jeune homme. L’administration ne lui laissera pas le choix, le collant dans un bus, destination une scierie au fin fond du pays, pour qu’il devienne menuisier…
Mais les voies du Seigneur sont décidément impénétrables et presque par accident, pour avoir joué les fanfarons au hasard d’une rencontre, Daniel va tout de même se retrouver à la tête d’une minuscule paroisse à l’esprit étriqué. Quel drôle de curé il fait, planquant sous la soutane ses tatouages et sa sourde violence ! Et ma foi, les villageois, d’abord méfiants, vont se faire aux manières atypiques, aux grands effets de manche dégingandés de celui qui se prend désormais pour leur bon berger et leur sert des sermons loin d’être préformatés…

On ne racontera pas le clou de l’histoire, fut-il celui d’une croix. Ce Corpus Christi nous fera passer intelligemment du fou rire aux frissons. L’affaire a beau être déjantée, elle n’en est pas moins subtile et on finira par se demander si, après tout, ce mauvais garçon désordonné, en manque de repères, en manque de tendresse, n’est pas plus inspiré que beaucoup de prêtres ordonnés, malgré ses pratiques peu catholiques.
La mise en scène est somptueuse, jouant sur des couleurs glaçantes ou chaleureuses, au scalpel ou cotonneuses comme si l’on se balançait entre mirage et réalité. Mais celui qui irradie, qui transperce véritablement l’écran, c’est le jeune acteur principal, Bartosz Bielenia. De tous les plans, il restitue avec précision cette humanité sauvage et perdue en quête d’un sens inaccessible.