BORDEAUX

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des trente dernière secondes
Vous trouverez ici les archives du quiz des “trente dernières secondes” //////////////////////////////////////// Mercredi 6 janvier Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

Journal du 2ème confinement
Ici sont archivés les publications mises en ligne lors du 2ème confinement, du 30 octobre au 14 décembre 2020     En attendant de nous retrouver, on signe et on relaie cet appel de David Dufresne, réalisateur du film UN PAYS QUI SE TIENT SAGE. Chers ami(e)s, Samedi prochain, à 14h, se tiendront d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

LE CAPITAL AU XXIe SIÈCLE

Justin PEMBERTON et Thomas PIKETTY - documentaire France / Nouvelle-Zélande 2019 1h43mn VOSTF - D'après son livre du même titre.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE CAPITAL AU XXIe SIÈCLE« Quand Justin Pemberton et la production néo-zélandaise m'on proposé ce projet, je me suis dit que c'était un moyen extraordinaire de toucher un public à la fois différent et plus large – et, surtout, de recourir à une autre forme d'expression pour parler du capital au xxie siècle. Je crois à la langue des sciences sociales, mais j'estime aussi qu'elle est insuffisante et qu'elle doit être complétée par le langage des romans, de la BD, de la culture populaire, de l'art en général. Cependant, je tiens à préciser que je ne suis pas devenu réalisateur ! Je suis auteur et chercheur en sciences sociales. Mais, à mon avis, le film est un complément formidable au livre… » Thomas Piketty

C’est un art véritable que de mettre à portée d’entendement des simples mortels les théories économiques complexes que s’attachent à démontrer de grands universitaires, chercheurs internationaux. Et ils ne sont pas moins d’une quinzaine à apparaitre dans ce documentaire. Des Français, des Anglais, des Américains, des Néozélandais…
Tous ensemble nourrissant notre réflexion autour des inégalités sociales, sur les mécanismes de répartition des richesses dans les pays développés depuis le xviiie siècle, remettant en cause l’hypothèse de Kuznets établie dans les années 1950 qui laissait à penser que le développement économique s'accompagnait mécaniquement d'une baisse des inégalités de revenu…
Tout défile vite, très vite… Grâce au rythme soutenu des images de Justin Pemberton, tantôt pop, tantôt d’archives, qui plongent dans les racines du mal, non seulement on a l’impression qu’on a toujours su les choses, et même un peu trop connu, mais qu’elles sont d’une évidence et d’une simplicité extrêmes.

Il ne nous resterait donc plus qu’à appliquer les solutions proposées pour réguler tout ça, améliorer le présent et le futur de l’humanité. Mais des théories à la pratique, il n’y a pas qu’un pas. D’autant que l’hydre du capitalisme a de multiples têtes inaccessibles. Et c’est là qu’on peut ne plus être tout a fait d’accord avec Thomas Piketty : faut il n’en couper qu’un peu, ou occire définitivement la bête ? Et comment s’y prend-on ? Vaste question…