LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

RAINING IN THE MOUNTAIN

Écrit et réalisé par KING HU - Taiwan 1979 2h VOSTF - avec Hsu Feng, Sun Yueh, Ming Tsai, Tien Feng...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

RAINING IN THE MOUNTAINTourné huit ans après son chef-d’œuvre A touch of zen (programmé chez nous en 205), Raining in the mountain confirmait définitivement le génie de metteur en scène de King Hu, en même temps que sa singularité dans l’univers très codé du wu xia pian, le film de cape et d’épée chinois.

Entre beauté des décors naturels dont le cinéaste capture les infimes variations atmosphériques (du vent caressant les feuilles des arbres à la brume se répandant sur un lac) et la mobilité chorégraphique des corps, le film narre le quotidien d’un temple bouddhiste qui s’apprête à accueillir un nouveau maître. Guerres intestines, complots et autres luttes hiérarchiques confèrent à Raining in the mountain un rythme haletant, qui laisse toutefois une place importante aux moments plus méditatifs. Le spectateur prend ainsi un double plaisir, entraîné dans le mouvement rapide des scènes d’action avant de s’imprégner de la quiétude des plans de nature retranscrite par les cadrages larges et fixes. La qualité de la restauration permet d’apprécier les multiples détails de composition qui assurent la somptuosité de cette production dont l’homogénéité visuelle force l’admiration. Car loin de se complaire dans les effets de rupture que convoque si naturellement le film d’action, King Hu assure la continuité entre les extrêmes. Intérieurs et extérieurs, scènes d’intimité et vastes ballets martiaux se répondent sans cesse, creusant le fond d’un récit oscillant entre fable des éléments, discours animiste, et pur divertissement.

Mais c’est bien du côté de la réalisation de ses scènes de combat que Raining in the mountain s’affirme comme une réussite éclatante. Livrés à l’ineffable poésie de l’apesanteur, se défiant des lois de la gravité, les corps filmés par King Hu s’envolent avant de marquer leur ancrage au sol. Le cinéphile y trouvera un écho plus ou moins lointain de la chorégraphie des génies du burlesque, dont le film de King Hu retrouve la qualité évanescente de figures ramenées sans cesse à la matérialité du décor. (d’après cinechronicle.com)