LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

L'ENFANT SAUVAGE

François TRUFFAUT - France 1969 1h30mn - avec François Truffaut, Jean-Pierre Cargol, Françoise Seigner, Jean Dasté... Scénario de François Truffaut et Jean Gruault, d'après Mémoire et rapport sur Victor de l'Aveyron, par Jean Itard.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L'ENFANT SAUVAGEEn l’été 1797, des paysans capturent, dans une forêt de l’Aveyron, un enfant sourd et muet, hirsute et nu, marchant à quatre pattes, et qui se nourrit de glands et de racines. Cet « enfant sauvage » est emmené à Paris, à l’Institut des sourds-muets, où il devient un objet de curiosité pour les visiteurs. Le professeur Pinel, le considérant comme un idiot irrécupérable, veut l’envoyer à l’asile de fous de Bicêtre.
Heureusement un jeune médecin de l’institut, Jean Itard, s'intéresse à l'enfant et en obtient la garde. Sans trop de difficultés puisqu'à part lui, tout le monde se fiche bien du sort de ce sauvageon. Dans sa maison, avec le concours de sa gouvernante, Mme Guérin, Itard entreprend de tirer celui qu'il est convenu d'appeler « Victor de l’Aveyron » de sa nuit, de le faire accéder à l’humanité.

Pour ce beau film qui peut tout à fait être vu par des enfants pas trop jeunes, Truffaut s’est inspiré d’un mémoire du docteur Itard, publié au début du xixe siècle, pour raconter cette histoire vraie d’un sauvetage moral, d’une pédagogie révolutionnaire pour l’époque. De ce gamin trouvé dans la forêt, catalogué « idiot irrécupérable » par la médecine officielle, Itard fit, à force de soins et de patience, un être humain qui, s’il ne réussit jamais à parler, put se tenir debout, marcher et se vêtir, lire, manger comme un homme, éprouver des sensations humaines, et vivre dans la civilisation de longues années.
Le film commence par des scènes dramatiques, haletantes, au sein de la nature où les paysans traquent l’enfant comme une bête sauvage. Puis François Truffaut, qui interprète lui-même le rôle d’Itard, écrit le journal du docteur et nous fait revivre son expérience dans un style dépouillé, maîtrisé, qui ne laisse place à aucune sentimentalité, aucun attendrissement superflus. Cette rigueur, cette honnêteté font de L'Enfant sauvage une œuvre admirable et passionnante.
On y voit un homme se pencher sur un enfant qui a été détourné de son état, plongé dans la vie sauvage, et lui donner, peu à peu, une existence culturelle et sociale par la forme d’une éducation ferme, bien comprise, éveillant en lui la relation au monde, lui inculquant le sens du juste et de l’injuste.

Jacques Siclier