LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

Du 01/01/70 au 01/01/70


  • L’IMPÉRATRICE YANG KWEI-FEI

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Dans la Chine du viiie siècle, l’empereur Hiuan-Tsong est inconsolable depuis la mort de l’impératrice et délaisse les charges de l’état. Seule la musique lui donne quelque joie. C’est un général assoiffé de pouvoir qui, espérant en tirer en profit, lui présente une cousine éloignée d’origines simples qui ressemble à la défunte épouse. D’abord réticent, l’empereur est rapidement charmé par sa fraîcheur et sa sincérité et lui consacre toute son attention, laissant peu à peu son entourage profit... (lire la suite)


  • L’INTENDANT SANSHO

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Le Japon au xie siècle. Une femme, Tamaki, traverse la forêt avec son fils de treize ans, Zushio, sa fille de huit ans, Anju, et une servante. Six ans auparavant, son mari, gouverneur de la province de Putsu, a été exilé pour avoir pris le parti des paysans dont on exigeait un trop lourd tribut. Avant de partir, il a demandé à son fils de ne jamais oublier ses paroles : « Un homme fermé à la pitié n’est pas humain. Sois dur pour toi-même et généreux pour les autres. Tous sont égaux et ont droit ... (lire la suite)


  • LA RUE DE LA HONTE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Dans une maison de geishas de Yoshiwara, le quartier des plaisirs de Tokyo, on s’inquiète d’une nouvelle loi discutée au parlement prévoyant l’interdiction de la prostitution. C’est à ce moment là qu’arrive Mickey, une nouvelle employée jeune et sans complexe qui est décidée à gagner le plus d’argent possible pour étancher sa soif de dépenses. La Rue de la honte, dernier film et dernier chef d’œuvre de Mizoguchi, dépeint un Tokyo interlope, celui d’une condition féminine recluse, inquiète, et u... (lire la suite)


  • LES AMANTS CRUCIFIÉS

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Kenji Mizoguchi est à l’apogée de sa gloire lorsqu’il tourne Les Amants crucifiés, après de nombreux films plébiscités par la critique tels que La Vie d’O-Haru, femme galante (1952), Les Contes de la lune vague après la pluie (1953), ou encore L’Intendant Sansho, lion d’argent à la Mostra de Venise en 1954. Dans cette élégie funèbre d’une beauté toujours intacte, le réalisateur japonais mêle la grandeur des tragédies grecques à la noirceur des romans naturalistes, et aborde les thèmes qu’il déve... (lire la suite)


  • LES CONTES DE LA LUNE VAGUE APRÈS LA PLUIE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Les Contes de la lune vague… c'est la beauté, le charme, la poésie à l'état pur. Un de ces films (ils ne sont pas si nombreux) qu'il faut absolument avoir vu au moins une fois dans sa vie pour savoir ce qu'est le cinéma quand il est à part. Tiré de deux légendes médiévales, le film (qui fit découvrir Mizoguchi en France) nous raconte le destin de deux hommes simples, Genjuro le potier et son beau-frère Tobei, qui vont voir leur vie bouleversée à cause de la guerre. Tous deux fuient vers la vi... (lire la suite)


  • LES MUSICIENS DE GION

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Dans le Japon de l’après deuxième guerre mondiale, à Gion, quartier populaire de Kyoto, la jeune Eiko décide de devenir geisha. Elle demande à Miyoharu, geisha de belle réputation, d’assurer sa formation. Pour cela il leur faut emprunter de l’argent à une influente propriétaire de maison de thé. Mais les deux jeunes femmes comprennent qu’en contrepartie, elles devront coucher l’une avec un industriel, l’autre avec un haut fonctionnaire…... (lire la suite)


  • OYU-SAMA

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Fin de l’ère Meiji (début du xxe siècle). Lorsque Shinnosuke est présenté à Shizu en vue d’un prochain mariage, c’est en fait par sa sœur aînée, Oyu, qu’il est ébloui. Oyu est veuve mais elle n’est pas libre. Les conventions sociales l’empêchent toujours de se marier car elle reste liée à son défunt mari par l’enfant qu’ils ont eu ensemble. Le mariage prévu aura bien lieu, mais Shizu décidera que c’est sa sœur qui sera la véritable épouse de cœur et de chair de Shinozuke…... (lire la suite)


  • UNE FEMME DONT ON PARLE

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Dans le quartier des plaisirs de Kyoto, Hatsuko dirige une maison de geishas. Etudiante en musique à Tokyo, sa fille Yukiko revient chez sa mère après une tentative de suicide. D’allure et de tempérament moderne, elle rejette le métier de sa mère. Sans le savoir, les deux femmes vont s’éprendre du même homme.... (lire la suite)