LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

LES BANSHEES D’INISHERIN

Écrit et réalisé par Martin McDONAGH - Irlande 2022 1h54 VOSTF - avec Colin Farrell, Brendan Gleeson, Kerry Condon, Barry Keoghan... Festival de Venise 2022 : Prix du meilleur scénario – Prix d’interprétation masculine pour Colin Farrell.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES BANSHEES D’INISHERINVous n’avez pas oublié – nous non plus ! – le formidable Three billboards, précédente réalisation de Martin McDonagh. Mais plusieurs années auparavant, Martin McDonagh avait signé un polar savoureux, sobrement intitulé In Bruges dans les pays anglosaxons et avec moins de bonheur en France Bons baisers de Bruges, mettant en scène deux tueurs à gages irlandais envoyés dans la petite Venise du Nord. Les deux gaillards, le jeunot et le vétéran, étaient incarnés respectivement par Colin Farrell et Brendan Gleeson.

Quinze ans plus tard, Martin McDonagh a décidé de réunir à nouveau ces deux remarquables acteurs et de les plonger cette fois dans une histoire totalement irlandaise, bien que située sur l’île imaginaire d’Inisherin. Nous sommes en 1923, un an après que l’indépendance de la partie méridionale de l’Irlande a été déclarée. Une période qui est celle de la guerre civile entre ceux qui veulent se contenter de cet accord avec les Anglais et ceux, plus radicaux, qui veulent continuer le combat pour obtenir l’indépendance de l’Ulster. Depuis les impressionnantes falaises d’Inisherin, on aperçoit au loin sur la grande île les combats et leurs explosions.



Mais on est loin du fracas des armes sur l’île très peu peuplée, avec ses landes battues par les vents, dont les quelques habitants vivent chichement du petit élevage et de la pêche, tout aussi modeste. L’unique point de convivialité est depuis toujours, comme dans beaucoup de villages irlandais, le pub. Padraic (Colin Farrell), un garçon aussi simple et dénué d’arrière-pensée que l’âne qui est son inséparable compagnon, ne louperait pour rien au monde son rendez-vous quotidien autour d’une pinte avec son vieux pote Colm (Brendan Gleeson). Ce jour-là, quand il ne le voit pas arriver et s’installer à leur table habituelle, l’inquiétude le saisit. Il descend jusqu’à la petite chaumière à flanc de falaise d’où s’échappe la fumée de la cheminée et toque. Pas de réponse. Et pourtant, à travers la fenêtre, il aperçoit Colm dans son fauteuil, sourd à ses appels. Face à son insistance, Colm finit par se manifester et assène à celui qui était son ami (du moins Padraic en était-il persuadé) : « Je crois que je ne t’aime plus. Tout ce que tu dis n’a aucun intérêt. Tu es ennuyeux, tu me fais perdre un temps qui, à mon âge, est précieux. » Mais comme un amant soudainement éconduit, Padraic va s’acharner, ne comprenant pas la raison de la décision unilatérale de Colm. Lequel, muré dans sa volonté irrévocable de rupture, va en arriver à menacer de se couper un doigt à chaque nouvelle tentative de réconciliation de la part de Padraic…

Tragi-comédie métaphysique d’une singularité réjouissante, construite sur des situations fortes autant que cocasses et des dialogues remarquablement écrits, savoureux et parfois surréalistes, Les Banshees d’Inisherin propose une assez vertigineuse réflexion sur les choix de vie : le respect des conventions face au libre-arbitre, la quête d’absolu face au compromis. Parabole peut-être de ce qui se joue sur le continent alors que les Irlandais se déchirent entre pragmatiques et indépendantistes irréductibles… Mais c’est aussi une étude d’une grande justesse sur la masculinité et sa violence. Ce que soulignent en contrepoint deux personnages formidables : Siobhan (magnifique Kerry Condon), la sœur aimante de Padraic qui, elle, étouffe dans ce hameau insulaire et aspire à développer son intelligence et sa culture loin de ce microcosme confit dans ses habitudes et ses mesquineries ; et le jeune Dominic (étonnant Barry Keoghan), considéré comme l’idiot du village mais dont la personnalité est anéantie par un père flic, sadique et violent.
Magnifié par une ample mise en scène qui met en valeur des paysages stupéfiants, porté par une troupe de comédiens tous impeccables, Les Banshees d’Inisherin est bien plus qu’une pittoresque balade irlandaise : un film riche et profond qui vous marque durablement.