LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

POUR LA FRANCE

Rachid HAMI - France 2023 1h53 - avec Karim Leklou, Shaïn Boumedine, Lubna Azabal, Samir Guesmi, Laurent Lafitte... Scénario de Rachid Hami et Ollivier Pourriol.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

POUR LA FRANCEÀ l’automne 2012, les élèves de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, en charge de la «  transmission de tradition » destinée à accueillir les nouvelles recrues – plus trivialement désignée sous les termes de « bizutage » ou « bahutage » –, ont eu la brillante idée de reconstituer le débarquement de Provence du 15 août 1944. Un peu avant minuit, le 29 octobre 2012, les nouveaux, sous le feu de puissants projecteurs, ont été poussés à entrer dans un étang surnommé «  Bazar Beach  », équipés de leurs treillis, rangers et casque lourd, sous des tirs de cartouches à blanc accompagnés des Walkyries de Wagner diffusées à plein volume. Apocalypse now version carton-pâte.



On pourrait rire de cette ambition de faire cinoche si la réalité n’avait pas tourné au drame. Plongés dans une eau à 9 degrés qui saisit même les meilleurs nageurs, les jeunes soldats découvrent très vite qu’ils n’ont pas pied. Panique générale, sauve-qui-peut. Beaucoup n’échappent à la noyade que d’un cheveu. Dans la confusion, on met du temps à s’apercevoir qu’un soldat manque à l’appel : Jallal Hami, OST (Officier Sur Titre) de 24 ans. Le frère du réalisateur. C’est à partir de cette tragédie intime que Rachid Hami a bâti une fiction dont l’une des grandes qualités est de ne pas aller exactement où l’on aurait pu l’attendre (nous contre eux, les civils contre les uniformes, les Musulmans des quartiers confrontés aux Français de souche et de bonne famille…) mais qui, tout en abordant par petites touches nuancées beaucoup de sujets très actuels de la société française, retrace surtout la quête de rédemption d’Ismaël, le frère aîné du mort. Le tout dans un style tournant le dos au cinéma d’auteur socialréaliste habituel pour une facture d’ambition classique (dans le bon sens du terme) voyageant de l’Algérie du passé à Taïwan (où Aïssa – l’alter ego du Jallal de la réalité – avait effectué un stage). Pour Ismaël (le très bon  Karim Leklou) et sa mère Nadia (Lubna Azabal, excellente elle aussi), c’est une question de principe : Aïssa (le rayonnant Shaïn Boumedine), qui « était fier d’être à SaintCyr », doit avoir les honneurs d’un enterrement militaire qu’on leur a d’abord promis avant de tergiverser (le jeune homme n’est pas mort en opération extérieure). Des discussions qui rythment toute l’intrigue, de rendez-vous en rendez-vous, laissant émerger des différences sous l’uniformité de l’uniforme, le sens de l’honneur des uns (le général Caillard incarné par  Laurent Lafitte) se heurtant au strict respect du règlement des autres. Pendant ce temps, Ismaël, le fils « décevant », qui a emprunté par le passé des voies peu recommandables, se souvient. Reviennent à la surface l’enfance et leur fuite d’Algérie en 1992 malgré l’opposition totale de leur père Adil (Samir Guesmi), qui ressurgit au funérarium,  mais aussi son voyage deux ans auparavant à Taïwan pour rendre visite à Aïssa, un face-à-face crucial entre les deux frères.

Le réalisateur restitue, à une hauteur très humaine (certaines scènes sont inévitablement poignantes) toute la complexité de ce qu’est la place de chacun et la reconnaissance des autres dans un microcosme familial et dans le macrocosme France. Nourrissant la ligne claire de son récit (un scénario qu’il a écrit avec Ollivier Pourriol) de multiples petits détails suggestifs, emballant l’ensemble dans l’excellente musique de Dan Levy, et donnant à chacun de ses trois espaces spatio-temporels (le présent, l’Algérie, Taïwan) toute l’attention nécessaire pour acquérir une vraie identité visuelle et atmosphérique, Rachid Hami signe une œuvre à la fois ample et sensible.

(d’après F. Lemercier, cineuropa.org)