AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

L’ENLÈVEMENT

Marco BELLOCHIO - Italie 2023 2h15 VOSTF - avec Paolo Pierobon, Fausto Ruso Alesi, Barbara Ronchi, Enea Sala... Scénario de Marco Bellochio et Susanna Nicchiarelli. LE grand oublié du palmarès du Festival de Cannes 2023.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ENLÈVEMENTLeçon d’Histoire, leçon d’humanité – et au passage, leçon de cinéma : on pourrait presque s’en tenir là et vous dire : bon sang ! Venez-y les yeux fermés, la cuvée Bellocchio 2023 est un grand, un très grand cru. Beau comme un opéra, impressionnant par l’ampleur du projet et de la mise en scène : écrit, composé comme une grande fresque mélodramatique baroque, mis en scène dans un magnifique clair-obscur et rythmé par une musique ébouriffante, L’Enlèvement tient la gageure d’être à la fois ample, fluide, bouleversant et de bout en bout passionnant.



1858, on pourrait dire que ça va de mal en Pie pour le Saint-Siège.
Côté « pouvoir temporel », le Printemps des peuples qui balaie l’Europe depuis dix ans n’a pas épargné la péninsule italienne, laquelle, morcelée en États, duchés, de la Lombardie à la Sicile, se rêve unie – et pourquoi pas républicaine. Les États Pontificaux n’ont été maintenus sous l’autorité du Pape que grâce à la protection de Napoléon III. La Seconde guerre d’indépendance italienne, qui posera les bases du royaume d’Italie, est prête à s’engager : Rome n’en mène pas large.
Côté « spirituel », ce n’est pas plus jojo. La révolution industrielle entraine inéluctablement celle des mœurs. Avec l’apparition d’une classe ouvrière déracinée et la redéfinition des rapports sociaux, se répandent des courants de pensée modernes, rationnels, matérialistes, pour tout dire assez peu catholiques. Par contrecoup, sous la férule réactionnaire du pape Pie IX, la doctrine de l’Église se radicalise méchamment. Entre autres conséquences, les quelques droits précédemment concédés aux fidèles des autres religions, principalement les Juifs, sont singulièrement réduits.
C’est dans ce contexte un brin tendu que commence l’affaire Mortara : le 23 juin 1858, le petit Edgardo Mortara, 6 ans et sixième rejeton d’une famille de confession juive de huit enfants, est nuitamment arraché à sa famille par la police pontificale de Bologne, sur ordre du Père Inquisiteur (oui, il y a encore ce genre de fonction dans l’Église italienne à la toute fin du xixe siècle). Car Edgardo a été dans son jeune âge secrètement baptisé à l’insu de sa famille. Ainsi christianisé, Edgardo ne peut rester vivre avec ses parents, au risque d’y laisser son âme, en grand danger d’apostasie (on voit que l’affaire est grave). La loi pontificale est très claire – et c’est le devoir de l’Église que de sauver ses enfants, au besoin malgré eux. Edgardo est donc illico transféré à Rome, pour y être élevé en bon chrétien, sous le regard sévère mais juste – et même bienveillant – de Pie IX. Dès lors, ses parents remuent ciel et terre pour récupérer leur enfant, alertent la presse, les communautés juives du monde entier pour tenter d’infléchir la décision du Souverain pontife, provoquant un tollé international – en vain.
Le film mêle étroitement la narration de l’enlèvement et de la rééducation idéologique du point de vue d’Edgardo, le calvaire abominable de ses parents qui, de Bologne à Rome, n’ont de cesse d’obtenir la libération de l’enfant qui leur a été arraché, et la grande Histoire italienne, concentrée dans la figure de Pie IX, pape aussi raide et intransigeant dans ses dogmes que dépassé par les bouleversements qui agitent le monde autour de lui – chaque décision l’isolant chaque jour davantage.

Devant la caméra de Bellocchio, le destin du petit, puis du jeune Edgardo – son lavage de cerveau, sa lente reconstruction, son combat intérieur, son identité à jamais perdue – sonne comme une condamnation sans appel, sinon de toute religion, du moins de l’accaparement de l’humain par l’intégrisme religieux.