LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

LE GARÇON ET LE HÉRON

Écrit et réalisé par Hayao MIYAZAKI - film d'animation Japon 2023 2h04 VOSTF - Pour les enfants à partir de 10 ans. Musique de Joe Hisaichi - Ce film d’animation sublime s’adresse au public adulte
et adolescent.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE GARÇON ET LE HÉRONAu cinéma, peu de noms finalement sont aussi emblématiques que celui de Hayao Miyazaki, fondateur du célèbre Studio Ghibli avec le regretté Isao Takahata. Ses œuvres, qui nous ont fait vivre des rêves éveillés comme nul autre n’a su le faire, l’ont hissé au rang de quasi-légende vivante, il est considéré par beaucoup comme l’artiste le plus visionnaire de l’animation. On imagine donc combien l’annonce d’un nouveau film, alors que le cinéaste de 82 ans avait annoncé sa retraite après Le Vent se lève (2013), a pu être source de liesse pour tous les amoureux de son cinéma, pour tous les amoureux du cinéma.

Tout commence par une scène à couper le souffle, probablement l’une des séquences les plus déchirantes et magnifiquement animées de l’histoire de Ghibli. Mahito court à toute allure à travers le chant des sirènes et les étincelles flottantes, ses pieds d’enfant survolent le désastre causé par un bombardement. Les contours de son visage, minutieusement dessinés à la main, se brouillent par instants, suggérant une fournaise qui contorsionne l’image dans son mirage irradiant. Cette animation virtuose ne nous montre pas seulement le feu, elle nous fait ressentir sa chaleur, annonçant la manière dont Mahito affrontera son traumatisme – la perte de sa mère. Même s’il n’est pas témoin de sa mort, il l’imaginera d’une manière à la fois terrible et belle – non pas comme si elle brûlait, mais comme si elle devenait les flammes.
Quelques années plus tard, Mahito s’installe dans un vaste domaine à la campagne. Non loin de l’usine d’avions de guerre dirigée par son père, qui vient de se remarier avec son ex-belle-sœur. Malgré toute la bienveillance de cette dernière, Mahito a du mal à prendre ses marques. Son chagrin l’empêche même d’apprécier l’escadron de mamies génialement espiègles qui l’accueillent et tentent de rendre son quotidien plus joyeux ! Fasciné par un étrange héron qui rôde autour de sa nouvelle maison, il finira par le suivre jusqu’à une étrange tour abandonnée… qui deviendra le portail vers un monde merveilleux, luxuriant et alternatif – comme seul Miyazaki sait en créer –, dans lequel il trouvera le moyen de renouer avec sa mère disparue.

Difficile – et inutile – de vous en dire plus, tant le récit devient vaste et palpitant, prend une ampleur épique, ouvrant des perspectives vertigineuses, avec des imbrications et interprétations multiples. Disons seulement qu’il s’agit de l’univers d’un réalisateur au sommet de son art, à l’imagination visuelle et narrative illimitée. Entre évidence et impénétrabilité comme le sont la plupart des rêves, Le Garçon et le héron est une des plus extraordinaires constructions de l’œuvre de Miyazaki, par laquelle on sent qu’on peut entrer et sortir par des milliers de portes, fusionnant la matière de tous ses précédents films, dont l’insurpassable musique de Joe Hisaishi. Et pour celles et ceux qui se languissent des esprits de la forêt de Mononoké… vous ne serez pas en reste avec les warawara, entités adorables et moelleuses incarnant l’âme humaine !

Le nouveau chef-d’œuvre de Miyazaki, immense spectacle visuel où chaque plan est une merveille, est peut-être l’adieu onirique d’un artiste immortel se préparant pourtant à la mort. Il y aborde les thèmes qui lui sont chers (le rapport au vivant, à la nature, à la création, à la vie, à la mort justement) sous un angle nouveau, avec le sentiment d’urgence de celui qui sait que c’est peut-être la dernière fois… C’est absolument magnifique. Et bouleversant.