AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

Soutenez Utopia Palmer

THE OLD OAK

Ken LOACH - GB 2023 1h53 VOSTF - avec Dave Turner, Ebla Mari, Claire Rodgerson, Trevor Fox, Chris McGlade... Scénario de Paul Laverty.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE OLD OAKLe vieux chêne. Le titre du film est à l’image de son réalisateur. Est-il encore besoin de présenter Ken Loach, 87 ans, dont bientôt 60 d’une carrière forte de plus de 40 films ? Une fois de plus (mais en a–t-on jamais assez, surtout par les temps qui courent ?), ce magnifique The Old oak fait le pas de l’individuel au collectif. Comment passe-t-on de la misère et de l’isolement – en un mot du désespoir – à la lumière ? Ken Loach, tout au long de sa filmographie, n’a cessé de nous offrir la même réponse : par la résistance collective, par la solidarité fraternelle, par la reconnaissance de l’enchevêtrement inextricable de nos destins personnels dans le grand mouvement politico-historique.



Cette fois-ci nous sommes dans le Nord de l’Angleterre, dans l’une de ces innombrables bourgades de briques rouges, miséreuses, désolées, ravagées par la crise industrielle et la fin de l’économie minière. Ces petites villes dans lesquels régnait autrefois un sentiment fort de cohésion sociale. Si le travail de la mine ne rendait pas riche, il donnait du moins la fierté et la certitude pour chacun de se savoir soutenu par les camarades en cas de coup dur. On ne va pas dire que c’était le bon temps, mais on se serrait les coudes, et l’infortune comme le bonheur ne s’envisageaient pas autrement que collectivement.
Le libéralisme a depuis tout déboisé. Et TJ Ballantyne, notre héros, tient à bout de bras ce qui semble être le dernier espace public du village : son pub, The Old Oak. Or, depuis qu’un car rempli de réfugiés syriens a débarqué sans prévenir pour s’installer au village, les habitués y déversent sans complexe leur xénophobie, aussi facilement que les pintes traversent leur gosier. Ce ne sont pas les idées de TJ.

Dans ce décor que la lucidité peint en noir, où la pauvreté se trompe d’ennemi pour piétiner toujours plus faible qu’elle, va pourtant naître une amitié : celle entre TJ et Yara, une jeune femme syrienne dont la main semble vissée à son appareil photo. Son œil de photographe l’enjoint à voir plus loin que cette frontale hostilité que subit toute sa communauté : les habitants du village souffrent eux-mêmes de l’indifférence du monde, de l’agonie de leur culture, de la calamité des frigos vides.
Alors ensemble, TJ et Yara, d’abord tous les deux puis avec celles et ceux qui voudront bien leur donner un coup de main, vont faire le pari de réinvestir l’arrière-salle du pub pour mettre en place une cantine solidaire, comme on le faisait à l’époque des grandes grèves : offrir aux plus démunis, locaux comme réfugiés, de quoi se sustenter. Le temps de quelques repas par semaine, être tous ensemble, rasséréner les âmes en même temps que les estomacs, voilà l’honorable et modeste projet. Parce que dès lors qu’elles sont reconnues et vécues collectivement, toutes les peines et les misères du monde deviennent supportables. Mais voilà, tout le monde au village ne sera pas de cet avis…

Inutile de préciser que Ken Loach trouve en Yara son alter ego. C’est à elle qu’il fera dire ce que l’on imagine avoir été le credo qui a porté toute sa vie de cinéaste : « Je choisis de voir la force et l’espoir. Cet appareil photo me sauve la vie ».
Ken Loach, lui, comme toujours, choisit de voir la lumière dans ses personnages et les sauve. En les sauvant, c’est nous, c’est le monde qu’il sauve. Parce que connaître ses forces et faire la lumière, c’est déjà résister. Parce que partager un repas ou un film au ciné, c’est déjà être uni.