LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

LINDA VEUT DU POULET !

Écrit et réalisé par Chiara MALTA et Sébastien LAUDENBACH - film d'animation France 2023 1h16 - avec les voix de Mélinée Leclerc, Clotilde Hesme, Laetitia Dosch, Esteban... Pour les enfants à partir de 6 ans. POUR TOUS LES PUBLICS DE 6 À 106 ANS.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LINDA VEUT DU POULET !On ne va pas tortiller, tergiverser, ergoter, barguigner : cet incroyable dessin animé, aussi virevoltant que tendre et bouleversant, nous a tellement emballés lors du Festival de Cannes que les plus audacieux lui auraient toutes affaires cessantes décerné tous les prix, les palmes, les tubas – malheureusement, ou heureusement (pour les autres), la foisonnante et audacieuse sélection de l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) ne permet pas de concourir à la distribution de breloques. N’empêche, s’il en est un qui, tel une entraînante chanson de Charles Trenet, nous est durablement resté dans la tête et dans le cœur, s’il en est un qui, toutes sections confondues, a durablement ensoleillé nos vies, s’il en est un qui devrait être remboursé par la Sécu, c’est d’abord celui-là. Et qu’on ne vienne pas nous dire que ce n’est rien que du dessin animé pour les marmots. Oh, que non ! Linda veut du poulet se voit et se déguste à tout âge ! Minots en culottes courtes ou adultes facétieux, préados émerveillables et vieux fourneaux malicieux, il est destiné à absolument tout le monde ! Oyez donc les extraordinaires et mémorables aventures de Linda, une épatante gamine de huit ans, obsédée par une recette de poulet aux poivrons – sa madeleine de Proust à elle, une odeur, évocation plus qu’un souvenir d’un plat délicieux que préparait rituellement un papa qu’elle n’a pour ainsi dire pas connu. Cette envie impérieuse de poulet, à laquelle sa mère ne saurait s’opposer, s’avérant particulièrement difficile à assouvir quand toute la France est immobilisée par une grève générale, qui frappe même les supermarchés et leurs frigos garnis de volailles de Bresse, Loué ou Saint-Sever ! Mais n’anticipons pas.



Tout commence par un malentendu, une sombre histoire de béret et de bague. Le béret, si joli, a été gentiment prêté à Linda par sa copine Annette. La bague, c’est l’alliance de Paulette, la maman qui élève seule sa Linda de fille. Or, constatant que son anneau a disparu, Paulette se persuade que cette friponne de Linda l’a échangé contre le béret de sa copine ! Accusation injuste, infondée, mais néanmoins assortie d’une punition (Ah ! Les grandes injustices dont sont capables les mamans surmenées, fatiguées…). Faut-il en dire beaucoup plus ? Une fois l’injustice vite éventée (on vous laisse le plaisir de découvrir comment le chat de la maison n’est pas pour rien dans la disparition du bijou), encore faut-il réparer. Paulette va donc devoir, pour se faire pardonner, céder au premier souhait, au premier caprice de sa grande. Et c’est tellement simple de contenter cette enfant : Linda veut du poulet. Aux poivrons.

Le dessin est beau, simple et ébouriffant, l’animation d’une inventivité permanente qui autorise toutes les divagations, toutes les folies et l’expression graphique, sensible, poétique, ouvre à toutes les sensations, toutes les réminiscences. On n’avait sans doute plus vu autant d’inventivité au cinéma depuis les animations épatantes de l’Office national du film du Canada – mis à part, bien sûr, La Jeune fille sans mains, l’extraordinaire précédent film de Sébastien Laudenbach, adapté d’un conte (déjà, mais plus sombre) des frères Grimm. Drôle et trépidant, Linda veut du poulet est un manifeste joyeux et libertaire du droit au bonheur, mais aussi un film très touchant sur le deuil, sur la fraternité des petites gens dans la cité populaire où vivent, rêvent, jouent et s’émancipent Linda et ses copines, délivrées de leurs boulets de parents. Où toute une tribu entre Pennac et Prévert, un peu louftingue, composée d’un chauffeur routier allergique et de sa vieille maman, d’un flic pas vraiment à cheval sur le respect dû à l’uniforme, d’une tante censément revêche lestée de bonbons gélatineux, d’un ado vaguement grunge sorti de sa ferme, d’une armada de mômes déchaînés… n’aura de cesse que la volaille soit enfin passée à la casserole. Accompagnée, pour le plus grand bonheur de Linda, de tout ce qu’il faut de poivrons.