LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

BATIMENT 5

Ladj LY - France 2023 1h40 - avec Anta Diaw, Alexis Manenti, Aristote Luyindula, Steve Tientcheu, Aurélia Petit, Jeanne Balibar... Scénario de Ladj Ly et Giordano Gederlini.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BATIMENT 5« Et toi comment tu te définirais ? Je suis une Française d’aujourd’hui. » (Dialogue du film)

En 2019, alors qu’au cours des deux années précédentes, les violences policières avaient plus que jamais endeuillé les quartiers populaires, un film choc marquait le public et faisait l’effet d’une déflagration, autant cinématographique que politique : réalisé par Ladj Ly, cinéaste ayant grandi à Clichy-sous-Bois – ville tristement célèbre pour la mort des jeunes Zyed et Bouna, électrocutés dans un transformateur suite à une poursuite policière – Les Misérables évoquait frontalement les conséquences catastrophiques sur un quartier d’une bavure policière et avant cela d’années de discriminations et d’humiliations subies par les jeunes. Un film à la mise en scène impressionnante et à l’impact évident, qui allait rafler 4 César et attirer plus de 2 millions de spectateurs.
Ladj Ly revient sur les lieux qu’il connaît le mieux, les quartiers populaires, mais avec un angle différent, et en terrain a priori anonyme puisqu’il invente une ville fictive dans laquelle tous les habitants des quartiers pourront néanmoins reconnaître leur réalité.



Le titre, Bâtiment 5, fait directement référence à l’immeuble dans lequel Ladj Ly a grandi, mais il parlera à toutes et à chacun tant la réalité que décrit le cinéaste se répète malheureusement partout dans l’hexagone. Haby est une jeune militante associative qui, dans un quartier où de nombreux habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté, où la vétusté des locaux et les pannes d’ascenseur à répétition pourrissent la vie des gens, où les services publics sont en déshérence, tente d’améliorer l’ordinaire de chacun, entre aide juridique et soutien matériel si besoin, auxquels s’ajoute la naturelle solidarité des gens de peu. Quand elle apprend que la mairie, désormais aux mains – par des jeux politiques aberrants – d’un pédiatre inexpérimenté, a décidé de procéder à une « rénovation » qui déguise en fait, sous prétexte d’insalubrité, une gentrification et l’expulsion des habitants les moins aisés, elle décide de s’engager en politique face au maire.
Porté par une mise en scène puissante (la séquence de destruction d’immeuble, dès le début du film, donne le ton), Bâtiment 5 réussit à la fois à décrire avec un réalisme saisissant tous les aspects, jusqu’aux plus infimes, de la vie des quartiers délaissés et à dresser un magnifique portrait de femme – alors que, on s’en souvient, Les Misérables décrivait un monde quasi-exclusivement masculin. Réalisme saisissant avec cette scène génialement interminable qui montre un cortège funéraire contraint, faute d’ascenseur, de descendre un cercueil sur une dizaine d’étages. Réalisme saisissant dans la description de Roger Roche, l’adjoint magouilleur et corrompu qui a su infiltrer les arcanes du pouvoir mais échoue à devenir maire… tout simplement parce qu’il est Noir ! Réalisme saisissant quand est épinglée la charité sélective du maire qui se mobilise, c’est tout à son honneur, pour un couple de réfugiés syriens… mais qui est incapable d’empathie envers les malheurs de ses administrés de la cité à détruire. Et au milieu de tout ça, la jeune Haby, formidablement interprétée par la révélation Anta Diaw, prend la dimension d’une héroïne de tragédie contemporaine, femme tenace de vertu et de dignité qui s’oppose au pouvoir inique tout en refusant de se laisser gagner par la colère qui embrase le cœur de son frère. Porté par un souffle digne d’une tragédie, le film pose ses protagonistes comme des héros de Sophocle. Face à l’inéluctable écrasement du peuple, le destin des personnages va s’accomplir.