LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

HOW TO HAVE SEX

Écrit et réalisé par Molly MANNING WALKER - GB 2023 1h31 VOSTF - avec Mia McKenna Bruce, Shaun Thomas, Lara Peake, Enva Lewis... Grand Prix Un certain regard, Festival de Cannes 2023.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

HOW TO HAVE SEXTara, Emily et Skye sont comme des dingues. Elles ne savent pas encore dans quel lycée elles ont été acceptées mais au diable les cours : elles viennent de traverser l’Europe et d’atterrir à Malia, ville de Crète connue pour ses bars, ses clubs et ses salves de jeunes adultes et autres adolescents venus profiter de leur été. C’est le cas des trois Britanniques, venues passer quatre jours loin de leurs parents et des problèmes. Quatre jours de beuverie, avec un objectif en tête pas si secret : coucher enfin avec un garçon. En tout cas pour Tara, car Skye a déjà eu des rapports et Emily aussi (pas avec des garçons, en ce qui la concerne). Donc beuverie, certes, mais avec cette envie furieuse de devenir grande. Peut-être que cela passera par la bande de potes qui logent dans la chambre d’hôtel en face de la leur. Que ce soit Badger, le premier à parler avec Tara, ou Paddy, l’alpha de la clique.



Pourquoi ce film sur trois adolescentes parties faire la fête ambiance « spring break » m’a fait chialer devant le rayon champignons de Picard bien après la fin ? How to have sex est une claque. Une chialade démesurée. Et pourtant, pas du tout le drame pathos que l’on pourrait imaginer.
C’est, pendant 45 minutes, un film de bande, un film de fête. On boit, on danse, on se rencontre. On s’apprivoise. Et à peine quelques heures de sommeil plus tard, le taux d’alcool redescendu, on redémarre. La première moitié du film n’est qu’une grande teuf. Enfin, presque. Commence à surgir une jalousie de la part de Skye, qui ne semble pas supporter que Tara puisse attirer l’attention des deux garçons d’en face. Des petites piques. Un regard. C’est amené avec énormément de subtilité et de naturel – ce sera le cas de tout ce qui va suivre.

On ne va pas dévoiler ce qu’il se passe après cette première moitié, même si on peut la deviner. Mais ce qu’il se produit devant la caméra de Molly Manning Walker, dont c’est le premier film (!), est incroyable de justesse. Il contient des faiblesses de premier film, des petites naïvetés, mais qui sont presque touchantes. Parce qu’à côté de ça, on est estomaqué par le portrait de tous ces hurluberlus, par l’écriture de ces dialogues et cette direction d’actrices – immense révélation pour Mia McKenna-Bruce, qui incarne Tara – et par l’audace de son sujet. Parce que How to have sex est avant tout une réflexion sur la culture du viol, sur son impact chez les femmes et les hommes. Sur le consentement et ce qu’il implique. Sur cette zone grise qui ne l’est pas tant que ça, finalement. Sur le déni et la culpabilisation – enfin, l’auto-culpabilisation. Sur la sororité, parfois malmenée mais primordiale. Sur le coming-of-age, l’apprentissage, le rituel initiatique du « devenir grand », potentiellement « un peu trop vite ». C’est un grand « petit film » – expression galvaudée mais qui prend tout son sens ici.

(A. Cios, konbini.com)