LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

UN HIVER À YANJI

Écrit et réalisé par Anthony CHEN - Chine 2023 1h37mn VOSTF - Avec Zhou Dongyu, Liu Haoran, Qu Chuxiao...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UN HIVER À YANJIÀ Yanji, petite ville (400 000 habitants !) chinoise frontalière de la Corée du Nord, où la moitié de la population parle coréen, Nana, jeune guide pour touristes, rencontre Haofeng, venu de Shanghaï pour assister au mariage d’un ami et un peu perdu dans cette ville qu’il ne connaît pas. Visiblement touchée par ce jeune homme lunaire et triste, elle l’invite à dîner et lui présente Xiao, cuisinier dans un restaurant et amoureux éperdu d’une Nana qui ne semble pas partager ses sentiments.
Entre le citadin égaré et les deux jeunes gens incertains, coincés dans une ville presque étrangère, va rapidement se nouer une relation d’amitié amoureuse qui, passée l’ivresse festive, les conduira sur les pentes enneigées du mont Changbai. Ce séjour improvisé sera propice à l’introspection pour Nana, Haofeng et Xiao qui, tour à tour, dévoileront des failles béantes et des envies d’ailleurs jusque-là inexprimées.
Anthony Chen, cinéaste singapourien lauréat de la Caméra d’or en 2013 avec le très beau Ilo Ilo, dessine dans son nouveau film une carte du tendre entre Shanghaï et cette ville provinciale à l’extrême nord de la Chine et décrit le spleen d’une jeunesse chinoise déboussolée et désenchantée, presque gelée (puisqu’il est souvent question de froid, de neige, de glace dans le film) par les conventions sociales et l’avenir incertain.
Nos trois jeunes protagonistes n’ont pas encore trente ans et chacun semble chercher une place dans le monde et sonder déjà l’abîme entre leur vie rêvée et leur quotidien. Tous les trois sont en quête de repères, et doivent faire attention aux traumatismes qu’ils cachent et qui sont sur le point de ressurgir.

Le réalisateur traite ses personnages avec une grande délicatesse et une belle douceur, ce qui les rend très attachants. On pense parfois à Jules et Jim, pour cette histoire de triangle amoureux très nouvelle vague, mais aussi aux Anges déchus de Wong Kar-wai, pour l’atmosphère planante et mélancolique et une réalisation qui privilégie l’ambiance et le dialogue des corps et des regards plutôt que de longs discours. Dans Un hiver à Yanji, tout ou presque se joue dans l’échange de regards, ou dans le frottement d’un doigt contre une main… C’est notamment très prégnant dans la dernière partie du film, la plus contemplative, qui offre au spectateur de très belles séquences pleines de poésie…
Amitié, amours naissantes au cours d’une balade nocturne et musicale après une soirée de fête. Choix d’une nouvelle vie à l’âge de tous les possibles… Un hiver à Yanji, en permanence irrigué d’un charme électrique, envoûte par sa douceur et sa mélancolie sourde. (baz-art.org)
(baz-art.org)