LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

LA MÈRE DE TOUS LES MENSONGES

Asmae EL MOUDIR - Maroc 2023 1h37 VOSTF - Festival de Cannes 2023, Sélection Un certain regard : Prix de la mise en scène.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA MÈRE DE TOUS LES MENSONGES« On sait combien le silence tue le jour où on le brise ». Il est courant de dire que chaque famille a ses secrets. Il semblerait que pour certaines, ces secrets soient si lourds qu’ils se transforment en mensonges et ont ainsi d’autant plus de mal à éclater au grand jour. La jeune réalisatrice Asmae El Moudir a compris cela lorsque, à l’âge de 12 ans, elle s’est rendu compte qu’il n’existait aucune photographie d’elle. La seule photo en sa possession étant celle donnée par sa mère quelques années plus tôt et sur laquelle Asmae est persuadée qu’il ne s’agit pas d’ellemême mais d’une inconnue. Pourquoi ce mensonge de sa mère ? À quelle fin ? Pourquoi sa grand-mère, véritable cheffe de clan, a-t-elle brûlé toutes les photographies familiales avant même sa venue au monde ?

Dans l’espoir de démêler les mensonges familiaux, la cinéaste va réunir sa grandmère, son père, sa mère et deux de ses anciens voisins (Abdallah et Saïd) dans un même lieu pour que s’exprime, sinon la, du moins une vérité. Avec l’aide de son père Mohammed, ancien maçon de renom, elle recrée une magnifique maquette du quartier de son enfance ainsi que des figurines de chacun de ses proches afin de rejouer leur propre histoire. Elle alterne ainsi les séquences reproduites avec ses figurines et les séquences où elle filme réellement ses proches ; et, très vite, on se rend compte de la place envahissante, voire dictatoriale, de la grand-mère. Personne, au début en tout cas, n’ose la contredire, tous se figent de peur dès qu’elle prend la parole et subissent impuissants ses colères et remontrances. La grand-mère refuse de parler, elle n’a rien vu, rien entendu et lorsque les autres commencent à raconter ce qu’ils savent, ce qu’ils ont vécu, elle parvient toujours à imposer le silence, d’une façon ou d’une autre…

D’où vient ce rejet, comment expliquer cette figure d’autorité qui impose l’omerta à tout prix ? Nous n’en dirons pas plus sur le tragique événement de l’Histoire marocaine qui est au centre de ce nœud familial, pour ne pas déflorer le film, qui fait la lumière petit à petit, intelligemment, tout en émotions dans le déploiement de l’horreur vécue ce fameux jour du samedi 20 juin 1981. C’est grâce à son dispositif ingénieux qu’Asmae El Moudir parvient à pallier le manque d’images d’archives relatant cet épisode. En effet, une seule photo, en noir et blanc, de cette terrible journée a survécu aux années et comme il n’y a pas d’archives nationales au Maroc, la cinéaste a décidé « de réaliser un film sur la mémoire d’un quartier à travers des événements personnels (les souvenirs de mes voisins) et des événements historiques (les souvenirs de mon pays) » par ce procédé qui peut paraître étonnant de prime abord mais qui apporte énormément de poésie et aide la parole à se libérer. Quelle scène poignante que celle où Saïd raconte son histoire à l’aide de toutes ces figurines !
« Je n’essaie pas de documenter la véritable histoire de ma famille, mais de faire un film sur la multiplicité des points de vue et la pluralité des interprétations qui existent au sein d’un même foyer, non seulement dans l’intérêt de l’histoire familiale, mais aussi dans celui de l’Histoire nationale ».
Très beau film, audacieux et parfaitement maîtrisé dans sa forme, La Mère de tous les mensonges nous plonge dans une histoire collective bafouée à travers les histoires individuelles d’hommes et de femmes qui ont vu leurs vies complètement détruites.

Retrouvez l’entretien avec Asmae El Moudir sur Les sorties de Michel Flandrin (michel-flandrin.fr).