LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

SANS JAMAIS NOUS CONNAÎTRE

(ALL OF US STRANGERS) Écrit et réalisé par Andrew HAIGH - GB / USA 2024 1h45 VOSTF - avec Andrew Scott, Paul Mescal, Claire Foy, Jamie Bell... D’après le roman de Taichi Yamada.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SANS JAMAIS NOUS CONNAÎTREÀ Londres, Adam vit dans une tour où la plupart des appartements sont inoccupés. Une nuit, la monotonie de son quotidien est interrompue par sa rencontre avec un mystérieux voisin, Harry. Alors que les deux hommes se rapprochent, Adam est assailli par des souvenirs de son passé et retourne dans la ville de banlieue où il a grandi. Arrivé devant sa maison d’enfance, il découvre que ses parents occupent les lieux, et semblent avoir le même âge que le jour de leur mort, il y a plus de 30 ans…
Dans 45 ans, réalisé par Andrew Haigh en 2015, un fantôme s’invitait lors de l’anniversaire de mariage du vieux couple formé par Charlotte Rampling et Tom Courtenay. On venait en effet de retrouver le corps de Katya, le premier grand amour de Geoff, disparue tragiquement en montagne un demi-siècle plus tôt. Katya avait été comme aspirée par une fissure dans la roche et sa réapparition, conservée dans la glace, devenait aussi mystérieuse que sa disparition. Celle des parents d’Adam dans Sans jamais nous connaître est plus banale (un accident de voiture, la nuit, après quelques verres), mais la résurgence des fantômes reste tout aussi troublante pour le personnage principal, interprété par le formidable Andrew Scott. Dans ces deux films, Haigh traite avec finesse d’un deuil, mais d’un deuil non-accompli.

Ce n’est pas spoiler que de dire que Sans jamais nous connaître parle de fantômes… Haigh utilise des outils fantastiques pour dépeindre ce qui, dans d’autres films, ferait l’objet de drames familiaux parfaitement réalistes…
Si le film a une dimension universelle (sur l’amour, le deuil, la solitude), Andrew Haigh raconte aussi quelque chose de spécifique sur l’expérience gay, qu’on a rarement vu exprimé ainsi. Ici, la redécouverte de la chambre d’un jeune ado gay peut éveiller une nostalgie, mais nous plonge aussi (surtout) dans la solitude propre aux enfants queer. Seul et enfermé dans sa chambre, seul dans une rame de métro, seul même en étant entouré. Le film traite de manière bouleversante des dynamiques familiales, de ce qui n’a jamais été dit, de ce qu’un adulte queer aurait aimé entendre en grandissant. Cela pourrait être trop littéral, mais Haigh trouve une alchimie magique entre ce qui est finalement articulé (les regrets et les incompréhensions d’un père et d’une mère vis-à-vis de leur gosse gay) et l’atmosphère irréelle, aux portes de l’abstraction et du grotesque. « Tu n’as pas changé, c’est toujours toi », dit la mère à son fils retrouvé. « Tout a changé » affirme pourtant ce dernier, mais Adam croit-il seulement ce qu’il est en train de dire ? C’est là, en creux, la dimension politique du film : tout a changé (le mariage, l’adoption, le regard que porte la société) mais la solitude et le rapport cassé à la famille sont toujours actuels…

Sans jamais nous connaître parle de malaise et de mal-être jusqu’à être très dur, mais il le fait avec élégance : le film n’est jamais cruel envers ses personnages ou envers le public. Les sentiments débordent comme dans le choix de chansons particulièrement expressives, du mélodrame absolu de Frankie Goes to Hollywood (The Power of love) à l’explosion sentimentale des Pet Shop Boys (Always on my mind). Le choix d’artistes et de voix queer n’est pas anodin et souligne cette émotion directe procurée par une chanson pop… Les vieilles chansons queer sont elles aussi des fantômes qui enveloppent Adam. C’est une étreinte étrange, rappelant celle qui unit les personnages de Mysterious skin (Gregg Araki, 2004), autre grand film sur le trauma queer qu’Andrew Haigh cite ici le temps d’un plan marquant. Ample et ambitieux, Sans jamais nous connaître est une merveille qui, simultanément, console et brise le cœur. (N. Bardot, lepolyester.com)