LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Dimanche 29 SEPTEMBRE 2019 à 20h

LUNE NOIRE SPÉCIALE 20 ANS : DOUBLE PROGRAMME
ANGOISSE + DERNIÈRE SÉANCE


Tarif unique : 9 euros pour les deux films

Comme le Cinéma Utopia, Lune Noire, dont la toute première séance eut lieu le 13 février 1999, souffle ses 20 bougies. Poursuivant et concluant le programme « Lumières » concocté par Monoquini dans la présente gazette, cette Lune Noire spéciale revisite au travers de deux films emblématiques le « pays des salles obscures », ce refuge peuplé de fantômes et de fantasmes. Le Cinéma Utopia est « garanti sans 3D » ? Le double programme de ce soir pourrait pourtant bien contredire cette affirmation et ouvrir une dimension insoupçonnée.

DERNIÈRE SÉANCE

Écrit et réalisé par Laurent ACHARD - France 2011 1h21mn - avec Pascal Cervo, Karole Rocher, Charlotte Van Kemmel, Brigitte Sy, Nicolas Pignon, Mireille Roussel, Noël Simsolo...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DERNIÈRE SÉANCEEn dépit de son titre, le nouveau film du trop rare Laurent Achard (l’excellent Le Dernier des fous, récompensé par le Prix Jean Vigo, a tout de même 5 ans) n’a pas grand chose à voir (à part le velours rouge des fauteuils) avec la vision surannée de la cinéphilie façon Eddy Mitchell, un monde où des filles en couette et jupes à volants et des garçons à la coiffure gominée allaient au cinéma du coin voir un western d'Henri Hathaway.

Il est pourtant bien question ici de cinéma, et même d’un cinéma de quartier, en l’occurrence L’Empire, installé dans la grand'rue d'une petite ville de province (la salle existe bel et bien, à Paray Le Monial en Bourgogne), une de ces salles qui périclitent doucement en montrant des chefs d’œuvre dans l’énergie des derniers instants : on comprend vite en effet que L'Empire vit ses derniers jours, vaincu par le monde qui l’entoure, ses multiplexes, ses spectateurs de plus en plus rares et de moins en moins curieux, ses sites de téléchargement pour cinéphiles solitaires consuméristes et fainéants. Sylvain est l'âme des lieux, un garçon discret, timide et solitaire qui y officie en tant que programmateur, caissier et projectionniste. Son métier, passion et sacerdoce, l’a conduit à vivre sur place, dans la cave-débarras, reconvertie en appartement sommaire au fond duquel trône un mystérieux portrait de femme. Mais quand le projecteur s’est éteint, que le dernier spectateur est rentré chez lui, après avoir vécu par procuration d’autres vies que la sienne, Sylvain sort dans la ville endormie, et ce n’est pas juste pour prendre l’air frais de la nuit tombée, ni même pour aller boire un verre, ou courir la gueuse. Des femmes, qu'il assassine consciencieusement, Sylvain ne collectionne que leurs oreilles, qu’il découpe soigneusement sur leur corps avant de les coller sur les photos d’actrices hollywoodiennes qu’il affectionne particulièrement et dont il a décoré les murs de son refuge…

Dernière séance est un pur moment de cinéma, un pur acte de foi dans la mise en scène : il ne s’embarrasse pas de message social, de récit complexe et alambiqué, de dialogues explicatifs. Laurent Achard a choisi de respecter à la lettre les règles du film de genre, de suivre sans aucun jugement ni recul les agissements de son meurtrier à l'arme blanche. Tous les code sont là : le psychopathe solitaire, un lieu inquiétant repaire des névroses du meurtrier (la cave du cinéma), et l’incontournable enfance tourmentée sur laquelle on revient en flash-back. Sauf qu’au-delà de ces figures imposées, superbement exécutées en une mise en scène de toute beauté, où se mêlent les influences de Fritz Lang ou l’esthétique du giallo, cette forme de polar baroque italien immortalisé par Mario Bava et Dario Argento, Laurent Achard livre une passionnante vision de la cinéphilie morbide et destructrice, avec des scènes envoûtantes, notamment celle où le projectionniste / serial-killer flashe sur une chauffeure de taxi en train de chanter en karaoke sur Emmène moi danser ce soir, insubmersible chef d’œuvre de Michelle Torr, ou celle où il se revoit enfant, dansant avec sa mère au son de La Complainte de la Butte, titre fétiche de leur film préféré, French Cancan de Jean Renoir. Un film superbe dont la projection scande d’ailleurs le film.

Et à l’issue de ce brillant Dernière séance, on se dit que tant pis… si nous sommes cinéphiles, nous sommes probablement des psychopathes en puissance… Notre programmateur/directeur/caissier Patrick T. nous le prouve tous les jours.