LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

A HISTORY OF VIOLENCE

David Cronenberg - USA 2005 1h36mn VOSTF - avec Viggo Mortensen, Maria Bello, William Hurt, Ed Harris, Ashton Holmes... Scénario de Josh Olson d’après la bande dessinée de John Wagner et Vince Locke (Éditions Delcourt).

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

A HISTORY OF VIOLENCEPremière scène : un plan-séquence virtuose qui annonce la tonalité du film. En apparence, tout semble calme, lisse, tranquille ; en profondeur, tout est sombre, secret, violent. Nous voici immédiatement pris dans les rets de l’un des films les plus attendus de cet automne (en tout cas par nous), le nouvel opus de David Cronenberg, ordonnateur du trouble et du malaise, explorateur de nos fantasmes et de nos angoisses, et par ailleurs cinéaste majeur à nos yeux, parvenu à une maîtrise impressionnante de son art.
C’est particulièrement sensible dans ce film, adaptation d’un polar graphique, sur lequel Cronenberg est arrivé en cours de route, sans être associé à l’écriture ni à la production. C’est donc en pur metteur en scène qu’il s’est approprié ce thriller, superbement classique et élégant dans la forme, furieusement tordu dans le fond.
Et d’abord ne vous fiez pas trop au titre, la violence en question ne surgit que rarement – elle en est d’autant plus saisissante – et elle est souvent désamocée par des situations plutôt cocasses. Mélange des tons et des genres qui lézarde un peu plus la façade néo-classique du film…

Tom Stall vit à Millbrook, petite bourgade banale et paisible. Il y tient un restaurant où sa gentillesse et son humeur égale font merveille. Quant à sa vie de famille, elle est tout ce qu’il y a de plus limpide : il aime sa femme Edie comme au premier jour, ensemble ils forment un couple uni et pour compléter le tableau, ils ont deux charmants enfants. Jack, garçon solitaire qui est en seconde au lycée du coin, et une adorable Sarah de 6 ans. Jack n’est pas très bien dans sa peau, il doute de lui, ce qui en fait la cible favorite d’un dur à cuire de son bahut. Et ce n’est pas son père qui lui donnerait des conseils pour réagir, lui qui est si effacé, qui n’élève jamais la voix. On comprend d’ailleurs pourquoi c’est Edie qui gère toute la petite famille. Bref, ce Tom est un brave gars sans histoires qui ne ferait pas de mal à une mouche… Du moins le croit-on.
Car un soir deux étrangers – tout droit sortis de la fameuse séquence d’ouverture – débarquent dans son resto ; deux malfrats impulsifs qui viennent pour braquer la caisse et qui n’hésitent pas à menacer de leurs flingues clients et employés de Tom. Devant le danger et la brutalité, notre homme tranquille réagit d’instinct. Et avec une précision étonnante, une rapidité ahurissante, il désarme et abat les deux braqueurs. Tous les témoins de la scène sont ébahis par la réaction de Tom, et lui le premier dirait-on. Il s’en tire quand même avec un poignard planté dans le pied et doit être tansporté à l’hosto.
À sa sortie, il est accueilli par une meute de journalistes qui l’ont déjà proclamé super-héros américain. Comme de bien entendu, la télé relaie l’info et son histoire fait le tour du pays. Alors que la famille essaie de retrouver une vie normale, un certain Carl Fogarty surgit de nulle part. Avec lui c’est peut-être tout un pan obscur du passé de Tom qui refait surface et c’est tout l’équilibre de sa vie qui est remis en question…
L’irruption de la violence et de ses dérèglements dans un univers calme et serein ; les réactions imprévues que cette violence engendre, tant chez des individus que dans le corps social tout entier ; la sauvagerie animale qui fait voler en éclats le vernis d’humanité ; la vérité enfouie sous les faux-semblants ; l’identité remise en question et avec elle les fondements de plusieurs existences ; la transmission des valeurs et l’hérédité… autant de thèmes qui parcourent en profondeur toute l’œuvre de Cronenberg et qui nourrissent ce thriller faussement simple, vraiment ténébreux.

Mardi 10 Septembre 2019 à 15h